Mercredi 30 janvier 2019

Cancer du col de l’utérus : un cancer évitable par dépistage et vaccination

Le cancer du col de l'utérus touche chaque année en France, 3 000 femmes et provoque environ 1100 décès. Pourtant, ce cancer pourrait être évité grâce au dépistage et à la vaccination. Le Dr Delphine Hudry, chirurgien gynécologue au Centre Oscar Lambret nous en dit plus sur cette pathologie.

 

Les facteurs de risque du cancer du col de l’utérus

 

Dans près de 99% des cas, le cancer du col de l’utérus est causé par le papillomavirus, HPV, une infection sexuellement transmissible. Ce virus très contagieux se transmet par voie sexuelle sans forcément qu’il y ait une pénétration.

Cette infection ne se transforme pas systématiquement en cancer. On estime à près de 80%, la population qui serait touchée par ce virus au moins une fois dans sa vie. L’inflammation située au niveau du col de l’utérus guérit généralement d’elle-même. Le tabac, empêchant l’inflammation du col de l’utérus de guérir, est un cofacteur important dans le développement de ces cancers.

 

La vaccination pour prévenir le risque de cancer du col de l’utérus

 

En prévention, il est recommandé aux jeunes filles de 11 à 14 ans de se faire vacciner. Effectué avant le début de la vie sexuelle, il prévient des infections liées aux HPV.

Le vaccin se présente en deux ou trois injections, en fonction du vaccin utilisé et de l’âge de la jeune fille. Par ailleurs, dans le cadre du rattrapage vaccinal, la vaccination est recommandée pour les jeunes filles et jeunes femmes entre 15 et 19 ans.

 

Un cancer évitable grâce au dépistage

 

Associé au vaccin, le dépistage par frottis identifie les lésions précancéreuses induites par les HPV.

Le cancer du col de l’utérus est aujourd’hui largement évitable si les femmes effectuent régulièrement un dépistage par frottis cervico-vaginal : il est recommandé aux femmes de 25 à 65 ans d’effectuer ce dépistage tous les 3 ans après 2 frottis normaux à un an d’intervalle.

Depuis mai 2018, le dépistage du col de l’utérus fait désormais l’objet d’un dépistage organisé au niveau national : la population cible reçoit chaque année une invitation au dépistage par courrier si le dépistage n’a pas été effectué au cours des trois dernières années.

L’objectif du dépistage est de détecter tôt la maladie : près de neuf cancers du col sur dix pourraient ainsi être évités. 

Ce dépistage, indolore et 100% remboursé, peut s’effectuer chez un gynécologue, un médecin généraliste ou une sage-femme. 

 

En savoir plus sur les traitements du cancer du col de l’utérus

En savoir plus sur l’expertise du Centre dans la prise en charge du cancer du col de l’utérus


Retour aux articles