Lundi 22 mars 2021

Spidermass : une technique moléculaire innovante

Le Centre Oscar Lambret propose une étude multicentrique sur 3 ans avec une technique innovante Spidermass. Cette étude comprend plusieurs étapes. L’étape en cours est la classification des données, qui est de type histo-lipidomique. Cette étape essentielle peut aujourd’hui être initiée au Centre en collaboration avec le laboratoire PRISM (Pr Salzet, Villeneuve-D’Ascq) grâce au soutien précieux de La Ligue Contre le Cancer Septentrional.

 

 

Spidermass : une technique avec des résultats prometteurs

 

Les professionnels de santé ont besoin de diagnostics fiables et rapides pour offrir une meilleure prise en charge des cancers, cependant certains posent des difficultés comme les sarcomes qui sont des cancers rares nécessitant des outils diagnostics spécifiques, qui ne représentant qu’1% des cancers de l’adulte. Le traitement de référence est la chirurgie mais souvent repose sur un diagnostic basé sur des analyses histologiques complétées par la détection d’anomalies des gènes tumoraux. Une nouvelle technique moléculaire, Spidermass, a été mise au point au laboratoire PRISM à Villeneuve-d’Ascq. Cette technique utilise un rayon laser infrarouge pulsé qui permet d’obtenir des profils lipidomiques (analyse de l’ensemble des lipides) caractéristiques voire spécifiques aux tumeurs.  Des études préliminaires ont permis de montrer la performance dans le diagnostic en temps-réel de sarcomes de chiens, jugé par la communauté médicale comme très prometteur. Notre étude porte sur des sarcomes humains sélectionnés et analysés par le Centre Oscar Lambret pour confirmer les diagnostics puis analysés selon la technique Spidermass.

 

 

Une technique basée sur l’intelligence artificielle

 

 

Les équipes du Centre Oscar Lambret travaillent actuellement sur la construction et la classification des données afin de mettre au point une technique basée sur l’intelligence artificielle pour faire correspondre le profil moléculaire lipidomique obtenu à un sous-type tumoral particulier

« Un long travail de deep-learning en amont est nécessaire pour apprendre à l’instrument à reconnaître les lésions : il faut en premier lieu créer une base de données à partir de tissus dont la nature – sain, nécrosé ou cancéreux par exemple – a déjà été déterminée par des analyses histologiques. Une telle base de données devra être établie pour chaque sous-type de tumeur sur lesquels à analyser par l’appareil. » précise le Dr Yves-Marie Robin, Chef de pôle de Biologie-Pathologie-Génétique et Responsable de l'unité de Pathologie Morphologique et Moléculaire

L’aboutissement du projet vise un diagnostic plus fin et plus rapide de la tumeur par la technique Spidermass. « En analysant de cette manière la signature moléculaire d’un cancer basé sur son profil lipidomique, nous pouvons espérer un diagnostic plus précis afin de garantir un traitement qui tient compte des spécificités clinico-biologiques du cancer de chaque patient » témoigne le Dr Yves-Marie Robin.

 

De nombreux bénéfices

 

En procurant en temps réel des informations sur la composition des tissus biologiques, cette technique innovante permet de nombreux bénéfices pour les patients, et est utile aux chirurgiens et oncologues à tous les stades de la maladie : du diagnostic initial sur biopsie, et en per-opératoire jusqu’au diagnostic définitif

« L’obtention des résultats est très rapide, pratiquement instantanée. Il s’agit d’un geste facile d’utilisation, fiable, sans effets néfastes   sans destruction des tissus des patients. Cet acte permet de mieux déterminer le diagnostic basé sur le profil moléculaire de la tumeur et ainsi orienter avec précision et fiabilité le geste du chirurgien en per-opératoire. Cette technique est un outil qui permettra d’offrir   un traitement personnalisé adapté aux caractéristiques singuliers de la maladie tumorale de chaque patient » explique le Dr Yves-Marie Robin.

 


Retour aux articles