Vendredi 23 février 2018

Mettre en avant le vivre ensemble et former de futurs citoyens

Pour un enfant atteint de cancer, l’école reste essentielle. Chaque enfant a besoin et envie d’apprendre, comme tous les enfants. Pour rendre l’apprentissage ludique, naît le projet ECOLE-M (Entre Copains Oscar Lambret Ecole du Moulin) : une correspondance entre les élèves d’une école de Marck et ceux de l’unité d’enseignement du Centre. Christelle Avril, enseignante au Centre a accepté de nous en dire plus sur ce beau projet.

 

Comment est né le projet ECOLE-M ?

 

Depuis le début de l’année scolaire, les élèves de l’école de Marck, dans le Pas-de-Calais et ceux du Centre Oscar Lambret ont entrepris une correspondance.

Cette communication, née d’une action citoyenne, a été l’occasion pour ces enfants de découvrir la vie et le quotidien à l’hôpital de nos jeunes patients. Ils ont ainsi réalisé une chanson (un slam) pour expliquer le projet et écrit un journal vendu 5 euros.

Grâce au succès de l’opération, un don de 520€ a été remis au Centre pour participer au financement de la nouvelle unité d’hospitalisation des enfants, adolescents et jeunes adultes. Une belle mobilisation de la part des élèves de l’école du Moulin !

 

Quels sont les objectifs de ces correspondances ?

 

Ce projet propose une vision différente de l’apprentissage, plus sympathique et ludique. Les élèves sont plus motivés à l’idée de travailler de cette manière : savoir que sa lettre sera lue par les copains donne plus de sens à la rédaction, c’est un élément moteur dans l’apprentissage. Ça permet de faire des exercices de français (grammaire, conjugaison…) avec un objectif précis.

La correspondance s’établit ainsi à travers une série de lettres questions-réponses entre les élèves de notre unité d’enseignement et les élèves de l’école de Marck.

Mais l’objectif principal de cet échange est de mettre en avant le vivre ensemble et former de futurs citoyens : les différences existent (la maladie, un handicap...), il faut en avoir conscience mais ne pas en avoir peur. Tout le monde a le droit à une vie ordinaire ou du moins vivre une vie la plus proche de l’ordinaire.

 

Quelle est la suite de cette belle correspondance ?

 

Les élèves vont continuer à partager des instants de leur vie, mais surtout échanger autour de projets communs, notamment à l’occasion des prochains jeux paralympiques d’hiver.

J’ai une connaissance proche qui va y participer. L’idée est d’aller à la découverte de ces jeux à travers un échange avec cette sportive. Les élèves vont pouvoir communiquer avec cette personne via Skype et lui poser des questions.

Ce sera l’occasion pour eux de connaitre les différentes disciplines, retenir le nom d’un athlète français et se rendre compte que malgré leurs différences et leur handicap, ce sont des athlètes comme les autres. Une autre façon d’apprendre et une belle manière de s’ouvrir au monde.   

 


Retour aux articles