La recherche au Centre Oscar Lambret

Présentation de la recherche

La recherche est l’une des trois missions principales du Centre Oscar Lambret.

Une centralisation autour de la recherche clinique

Depuis 2016, la recherche clinique est assurée par la Direction de la Recherche Clinique et de l’Innovation (DRCI), garante du bon déroulement des études cliniques. La politique de recherche clinique du Centre Oscar Lambret vise prioritairement l’accès à l’innovation thérapeutique pour les patients de la région et la contribution active à la recherche clinique et translationnelle développée dans le cadre du Consortium OncoLille. La DRCI est certifiée ISO 9001 : 2015 sur la totalité de ses activités.

Dans le cadre d’un projet commun avec le CHU de Lille, sous l’égide du CR2C (Centre de Référence Régional en Cancérologie), la DRCI a obtenu depuis 2014 la labellisation CLIP² de INCa (labellisation renouvelée en 2019) lui permettant de conduire des essais de phases précoces dans les tumeurs de l’adulte et de l’enfant. Cette labellisation confirme l’excellence de cette recherche clinique au plan régional et national. 

 

La recherche fondamentale et translationnelle

Au Centre Oscar Lambret, la recherche fondamentale et translationnelle s’appuie sur différentes unités et sur le projet collaboratif ONCOLille dans le cadre du Contrat Plan Etat Région.

  • L’Unité Tumorigenèse et Résistance aux Traitements (UTRT)

L’UTRT travaille dans le domaine des tumeurs solides de l’enfant (gliomes de haut grade pédiatriques). Ses travaux visent à accroître la compréhension des mécanismes régissant l’émergence et la résistance aux traitements de ces tumeurs et de proposer de nouvelles options thérapeutiques. L’UTRT est intégrée au sein de l’unité INSERM U908 « Cell Plasticity & Cancer » qui travaille sur la plasticité des cellules tumorales et notamment des cellules souches et leur reprogrammation.

Elle assure également un soutien scientifique et logistique à la réalisation du projet SMMiL-E. Associant le CNRS, l’université de Lille, l’université des sciences de Tokyo et le Centre Oscar Lambret, SMMiL‑E développe des thématiques de recherche technologique dans le champ des BioMEMS (systèmes micro électroniques et mécaniques en biologie), notamment sur le développement d’ « organs on chips ».
 

  • L’Unité d'Oncologie Moléculaire Humaine (UOMH)

L’UOMH est le laboratoire référent de la Région des Hauts-de-France pour le diagnostic moléculaire des prédispositions aux cancers héréditaires du sein et de l’ovaire. L’unité est accréditée ISO 15189.

Parallèlement à son activité d’analyses, l’UOMH a pour mission la recherche de nouveaux marqueurs génétiques et biologiques, notamment en cancérologie sénologique et gynécologique.
 

  • L’Unité de Pathologie Morphologique et Moléculaire (UP2M)

L’unité fait partie du groupe national RRePS (réseau de relecture en pathologie des sarcomes des tissus mous de l’adulte) en tant que centre expert labellisé par l’INCA parmi les réseaux de cancers rares. L’unité collabore avec l’unité INSERM 1192 sur une nouvelle technologie (SPIDERMASS) de profiling moléculaire par spectrométrie de masse.

L’unité est également référent régional en pathologie mammaire et dispose de la plateforme Nanostring pour réaliser la signature moléculaire pronostique PROSIGNA dans les cancers du sein comme aide à la décision thérapeutique d’instaurer ou non une chimiothérapie chez certaines patientes.
 

  • Une recherche en Imagerie  et physique médicale dans le cadre du laboratoire CRIStAL (Centre de Recherche en Informatique, Signal et Automatique de Lille), unité mixte de recherche (UMR CNRS 9189), sous la tutelle du CNRS, de l’Université Lille 1 et de l’École Centrale de Lille en partenariat avec l’Université Lille 3, l’Inria et l’Institut Mines Telecom. Cette recherche porte sur la place de l’IRM en radiothérapie en collaboration avec le service de physique médicale et son programme de modélisation de la dose absorbée en Monte Carlo (Projet MODERATO) et l’institut Jules Bordet de Bruxelles.

Le Conseil Scientifique du Centre Oscar Lambret

Le conseil scientifique externe (CSE) a pour mission d’évaluer les activités de recherche au sein du Centre Oscar Lambret et d’émettre des recommandations pour permettre aux équipes d’enrichir leur réflexion et leur stratégie sur les projets à mener. Tous les deux ans, le Conseil Scientifique du Centre Oscar Lambret évalue les stratégies de recherche développés par les équipes du Centre. Le CSE se compose de 6 membres externes apportant chacun une valeur ajoutée aux échanges par le biais de leur expertise personnelle.

Le dernier Conseil Scientifique s’est réuni le 19 mars 2019.

Les membres du Conseil Scientifique

Pr. Marie Christine Copin
Centre de Biologie Pathologie, Lille

Pr. Patrick Hautecoeur
Chef de service Neurologie/ GHICL, Lille

Dr. Véronique Maguer-Satta
Team “BMPs, tumor niche and resistance”
CRCL-U1052-UMR5286, Lyon

Pr. Philippe Maingon
Chef du service d’oncologie-radiothérapie
Groupe Hospitalier Universitaire Pitié-Salpêtrière-Charles Foix, Paris

Pr. Isabelle Ray-Coquard
Past President GINECO - EA7425 HESPER - Université Claude Bernard Lyon I
Oncologie Médicale, Centre Léon Bérard, Lyon

Professeur Michel Rivoire
Coordonnateur du Département de Chirurgie, Centre Léon Bérard, Lyon

Les partenaires de recherche

ONCOLille

Labellisé le 29 octobre 2012 par l’INCa comme l’un des huit Sites français de Recherche Intégrée sur le Cancer, le SIRIC OncoLille, groupement d’intérêt scientifique soutenant et accompagnant les acteurs lillois de la recherche et du soin en cancérologie, a permis de consolider, de favoriser et de développer les coopérations scientifiques entre les établissements lillois d’enseignement supérieur, les établissements hospitaliers et les organismes de recherche au travers de deux programmes de recherche intégrée. Ces coopérations se poursuivent dans le cadre du Consortium OncoLille dont les thèmes sont la résistance aux traitements, la dormance et la recherche en sciences humaines et sociales.  

 

L'INSTITUT NATIONAL DE LA SANTE ET DE LA RECHERCHE MEDICALE (INSERM)

L’équipe « Tumorigenèse et résistance aux traitements » du Centre Oscar Lambret est rattachée à l’Unité INSERM 908 dont la thématique principale est la plasticité des cellules tumorales et notamment des cellules souches et leur reprogrammation.

 

LE CHU ET L'UNIVERSITE DE LILLE

Le Centre se trouvant sur le même site géographique que le CHU de Lille a une collaboration médico-scientifique historique avec ce dernier ainsi qu’avec les universités et centres de recherche du même parc.

Une convention constitutive de collaboration a été signée entre le Centre et le CHU depuis 1999.

Des recherches notamment en sciences humaines et sociales sont menées en collaboration avec les acteurs universitaires.

 

LE CENTRE NATIONAL DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE (CNRS)

Le Centre collabore avec le CNRS à travers différents partenariats, et notamment dans le cadre de l’Unité mixte internationale SMMiL-E.

 

L'INSTITUT POUR LA RECHERCHE SUR LE CANCER DE LILLE (IRCL)

L’IRCLhéberge dans ses locaux l'Unité INSERM U908 et les équipes de SMMiL-E

 

R&D UNICANCER

Le Centre Oscar Lambret est partie prenante et un acteur important de la stratégie R&D d’UNICANCER pour la recherche clinique et les bases de données.

LE GROUPEMENT INTERREGIONAL DE RECHERCHE CLINIQUE ET D'INNOVATION Nord-Ouest (GIRCI NO)

Le GIRCI en lien avec chaque DRCI a comme mission d’assurer l’animation et le soutien à la recherche clinique qui ne peuvent pas être efficacement assurés individuellement par chaque établissement de santé. Il est l’interface entre tous les établissements de santé impliqués dans la recherche clinique de l’inter région, de guichet, d’orientation et d’aide à la structuration de la promotion des établissements non pourvus de Délégation Régionale à la Recherche Clinique et à l’Innovation (DRCI).

 

LA STRUCTURATION DE L'ACTIVITE DE RECHERCHE CLINIQUE EN CANCEROLOGIE (StARCC)

Sous l’égide du GIRCI Nord-Ouest, en lien avec le Cancéropôle Nord-Ouest, les principaux acteurs de la recherche clinique de l’inter-région Nord-Ouest, soit plus de 50 établissements, dont les CHU, CLCC, réseaux de cancérologie, établissements publics et privés, se sont engagés dans ce projet avec des objectifs ambitieux. Une structuration dans une logique de cohérence, d’intégration et de création de synergies entre les différents acteurs impliqués ou à impliquer. C’est un projet qui se décline par TERRITOIRE en s’adaptant à chaque organisation mise en place localement.

 

LE GROUPEMENT DE RECHERCHE CLINIQUE EN NORD ET PAS-DE-CALAIS (G2RC)  

Le G2RC est un consortium de 10 établissements hospitaliers publics et ESPIC du Nord et du Pas-de-Calais ayant comme objectif le développement territorial de la recherche clinique. Le centre est un membre actif du G2RC depuis sa création (2014) et adhère à ses valeurs (la transparence, le partage, la préférence régionale, la valorisation ainsi que le respect des identités et politiques/scientifiques et médicales de chaque établissement).     

 

SMMiL-E

Le 14 juin 2014, le Centre Oscar Lambret, le Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), l’Université Lille 1 et l’Université de Tokyo signaient une convention de coopération scientifique pour donner vie au projet SMMiL-E.

SMMiL-E s’appuie sur le transfert et le développement à Lille de micro-technologies développées par les chercheurs japonais du laboratoire LIMMS de l’Université des Sciences de Tokyo.

La convergence des micro-technologies et d’une recherche clinique structurée contre le cancer ouvre un champ d’investigation scientifique et technologique extrêmement riche. C’est ce champ qu’explore le projet SMMiL-E par la mise en place de programmes de recherche mettant en synergie des technologies du LIMMS, les enjeux biomédicaux du Consortium OncoLille et la recherche clinique sur le cancer au Centre Oscar Lambret.

Cette structure miroir du LIMMS à Lille favorise les interactions humaines et scientifiques : SMMiL-E implique des médecins du Centre, des chercheurs du Consortium OncoLille et des chercheurs japonais qui travaillent au sein du Centre afin d’être au plus près des équipes médicales. SMMiL-E permet ainsi la transposition de micro-technologies dans le champ de la cancérologie. Les programmes développés visent de nouvelles connaissances fondamentales pour une détection plus efficace du cancer, une efficacité renforcée des thérapies et du suivi post-traitement et donc une meilleure prise en charge des patients.