Vendredi 2 février 2018

Le Dr. Xavier Mirabel met en lumière les bénéfices du nouveau robot Cyberknife®

Dix ans après avoir mis en service l’un des premiers équipements de ce type en Europe, le Centre Oscar Lambret, acteur de pointe en radiothérapie, intègre la dernière génération du robot CyberKnife® au sein de son plateau technique ultra performant. A cette occasion, le Docteur Xavier Mirabel, chef du département de radiothérapie, met en lumière les bénéfices pour les patients.

 

Quelle différence y a-t-il entre une radiothérapie conventionnelle et une radiochirurgie ?

 

Les deux techniques sont radiothérapiques et délivrent les mêmes rayons qui cassent l’ADN des cellules tumorales pour les détruire. Aujourd’hui, grâce à des appareils très performants utilisant des techniques dites « stéréotaxiques » de positionnement dans l’espace, on peut irradier la cible tumorale avec des doses de très haute intensité, d’une précision millimétrique sans toucher les tissus sains avoisinants. En radiochirurgie, le traitement est réalisé en une seule séance. C’est comme si on opérait sans scalpel, d’où son appellation par les chirurgiens. Mais quand une tumeur est volumineuse ou trop mobile, le traitement nécessite plusieurs séances de radiothérapie stéréotaxique.

 

Le Centre Oscar Lambret accueille cette année la nouvelle génération du CyberKnife®.

Qu’a-t-il de plus que celui arrivé au Centre en 2007 ?

Quels sont les bénéfices pour les patients ?

 

Cet investissement stratégique, d’un montant de 4,5 millions d’euros, est doté de nouvelles capacités :

  • l’intégration d’un collimateur supplémentaire, multi-lames, permettant de traiter des tumeurs plus volumineuses, tout en réduisant le temps d’irradiation. Il s’agit de l’innovation majeure de ce nouvel équipement, le COL est le 1er à l’utiliser dans la région Hauts-de-France, le 3ème en France.

  • la possibilité de délivrer des traitements de haute performance pour traiter des lésions de taille supérieure en limitant davantage les effets secondaires.

  • la possibilité de réirradier des tumeurs déjà irradiées, notamment dans le cas de récidives locales.

    Quant aux bénéfices pour les patients :

  • Un traitement plus rapide et des séances plus courtes : une séance durait en moyenne entre 20 min et 2h sur l’ancien CyberKnife® - avec le nouvel appareil, elle durera entre 15 min et 1h.

  • Un délai de traitement réduit : les délais actuels pour un traitement par CyberKnife® sont d’environ 1 mois. Objectif : les réduire à quelques jours.

  • La réalisation de traitements auparavant impossibles et le développement de nouvelles indications, notamment dans le cadre de la recherche clinique.

     

En quoi cette technique est-elle révolutionnaire ?

 

L’apport du CyberKnife® est considérable. Il a changé notre pratique, notamment dans le cas de cancers du poumon, du foie, et des tumeurs cérébrales. Il permet de proposer aux patients des traitements non invasifs, sans hospitalisation. Il nous permet également de traiter des malades pour lesquels nous n’avions, auparavant, pas de solutions thérapeutiques. Dans ce cas, il peut vraiment s’agir d’un traitement de recours. Ce traitement a radicalement changé les choses dans notre exercice. Il s’agit d’un outil remarquable et incontournable !


Retour aux articles