Les cancers des voies aérodigestives supérieures

Pour prendre rendez-vous

Tel : 03.20.29.58.88 / 03.20.29.59.41
Fax : 03.20.29.59.61
Du lundi au vendredi de 8h à 17h

Généralités sur les cancers des voies aérodigestives supérieures

Le Centre Oscar Lambret est un centre de référence nationale pour la prise en charge de toutes les tumeurs des voies aérodigestives supérieures (VADS).

Le cancer des VADS est le 5ème cancer par ordre de fréquence en France et le Nord-Pas de Calais figure parmi les régions françaises métropolitaines les plus touchées par cette pathologie.

Le Centre prend en charge près de 700 nouveaux cancers des VADS par an et réalise plus de 2200 séjours d’hospitalisation dans le département de cancérologie cervico-faciale.

Le cancer le plus fréquent est le carcinome épidermoïde de la bouche, des régions amygdaliennes et de la gorge (pharyngolarynx).

 

Les facteurs de risque et les signes

Les principaux facteurs de risque sont la consommation de tabac et d’alcool. Néanmoins il existe actuellement une augmentation de l’incidence des carcinomes épidermoïdes chez des patients ne présentant pas d’intoxication alcoolo-tabagique : cancers de la région amygdalienne en rapport avec un virus de type HPV (Human papilloma virus), cancers de la bouche chez les personnes âgées et cancers de la langue chez les jeunes adultes.

Les signes qui doivent alerter sont les suivants :

  • une modification de la voix (enrouée ou étouffée), notamment constatée par l’entourage
  • une douleur ou plaie de la bouche persistante
  • une «angine » trainante
  • une douleur ou une sensation d’accrochage lors de la déglutition
  • une douleur qui irradie à l’oreille, notamment lorsqu’elle survient à la déglutition des aliments
  • une tuméfaction du cou

Tous ces signes persistant plus de 15 jours doivent amener à consulter un professionnel de santé.

Le bilan diagnostic

Le bilan des carcinomes épidermoïdes de la bouche et de la gorge comprend différentes étapes:

  • Une consultation spécialisée lors de laquelle un examen clinique avec fibroscopie du pharyngolarynx est réalisé et sera planifié la suite du bilan à réaliser.
     
  • Un bilan d’imagerie comprenant classiquement un scanner cervico-thoracique et  une IRM pour les tumeurs de la bouche et de la région amygdalienne.
     
  • Une panendoscopie, qui est un examen de la bouche, du pharynx, du larynx et de l’œsophage (Voies aérodigestives supérieures) réalisé sous anesthésie générale avec optiques grossissantes. Il permet de mieux évaluer la tumeur et son extension profonde et de réaliser les biopsies. Il permet également de rechercher d’autres lésions des VADS qui sont favorisées par l’intoxication alcoolotabagique.
     
  • La biopsie, en règle réalisée lors de cette anesthésie générale, permet d’établir le diagnostic en examinant un échantillon de la lésion et de rechercher des marqueurs spécifiques (notamment HPV dans les tumeurs de la région amygdalienne).
     
  • Une consultation de chirurgie dentaire avec réalisation d’une radio panoramique dentaire permet de déterminer si des soins dentaires ou avulsions sont nécessaires avant les traitements, notamment, si une radiothérapie devait être indiquée. Un bon état dentaire est nécessaire avant le traitement et une prévention fluorée intensive (gouttières personnalisées à utiliser quotidiennement, toute la vie) doit être organisée.

En fonction de la localisation de la tumeur, le bilan pourra être complété par : un TEP-scanner, une consultation d’oncologie, un bilan nutritionnel.

 

Les réunions de consultation pluridisciplinaire (RCP)

C’est un moment essentiel de la prise en charge. La consultation pluridisciplinaire réunit radiologues, médecins nucléaires, chirurgiens, radiothérapeutes, oncologues, médecins généralistes et odontologistes.

Ces différents spécialistes examinent tous les éléments du dossier du patient et proposent un traitement. La prise en charge proposée est ensuite discutée avec le patient et ses proches (notamment la personne de confiance) et les modalités du traitement (chirurgie, radiothérapie, chimiothérapie ou association de ces traitements) sont expliquées par le(s) spécialiste(s) concerné(s) lors de cette même séance de RCP.

Cette prise en charge est personnalisée et se base sur des référentiels régionaux et nationaux de traitement des cancers des VADS.

 

Les traitements

  • La chirurgie

La chirurgie des cancers des voies aérodigestives supérieure associe d’une part l’exérèse de la lésion, d’autre part l’ablation des ganglions du cou qui drainent le site de la tumeur et enfin, dans le même temps la reconstruction du site d’exérèse si elle est nécessaire. Ces techniques de reconstruction, de la plus simple à la plus complexe, seront adaptées de manière individuelle à chaque patient et site tumoral.

Chaque fois que possible une chirurgie par les voies naturelles par laser ou robot chirurgical sera proposée pour éviter les cicatrices et assurer des suites plus rapides.
 

  • La radiothérapie

La radiothérapie utilise des rayonnements ionisants pour détruire les cellules cancéreuses en les empêchant de se multiplier. Elle consiste à diriger précisément ces rayonnements (appelés aussi rayons ou radiations) sur la zone à traiter, tout en préservant le mieux possible les tissus sains et les organes avoisinants, Elle peut être délivrée au moyen d’accélérateurs linéaires qui se déplacent autour de la zone malade : on parle de radiothérapie externe.

Les techniques de radiothérapie externe conformationnelle avec modulation d’intensité sont particulièrement intéressantes pour le traitement des tumeurs de la sphère cervicofaciale, compte tenu de l’anatomie complexe de cette région et de la proximité des organes sains à préserver. Elles permettent en effet d’augmenter l’intensité d’irradiation sur la zone tumorale tout en préservant les tissus sains périphériques. Le traitement est planifié de façon informatisée et personnalisée pour chaque patient et l’intensité d’irradiation varie en fonction de cette planification. Les rayons vont donc être distribués sur la tumeur et « contourner » les organes sains comme la moelle épinière ou les glandes salivaires.

La radiothérapie peut également être délivrée localement au moyen de sources radioactives insérées dans les tissus au pourtour des zones malades : on parle alors de curiethérapie.
 

  • La chimiothérapie

La chimiothérapie dans les carcinomes des VADS est utilisée dans plusieurs situations différentes :

  1. Pour favoriser un traitement chirurgical ou par radiothérapie (dans les tumeurs évoluant rapidement par exemple)
  2. Pour essayer d’éviter un traitement chirurgical quand celui-ci risque d’être mutilant (notamment protocole de préservation du larynx pour essayer d’éviter la laryngectomie totale)
  3. Pour  augmenter l’efficacité de la radiothérapie (traitements concomitants par radiothérapie et chimiothérapie associées)
  4. Pour traiter les situations qui ne relèvent pas d’une chirurgie ou d’une radiothérapie
     
  • Une prise en charge interdisciplinaire

Les patients présentant une pathologie cancéreuse des VADS nécessitent une prise en charge globale (les soins de support)  tout au long de leur parcours de soins.

Les soins de support seront principalement orientés sur la prise en charge de la douleur, la dénutrition, les dépendances au tabac et à l’alcool, et les troubles psychologiques.

Des informations complémentaires sont disponibles sur la page de la coordination interdisciplinaire des soins oncologiques de support.

L'équipe

L'équipe prenant en charge les cancers des VADS est celle du département de cancérologie cervico-faciale et thoracique.

Pour prendre rendez-vous
03.20.29.58.88 / 03.20.29.59.41
Du lundi au vendredi de 8h à 17h