Le cancer des amygdales et de l’oropharynx

Les facteurs de risque
 

Les carcinomes épidermoïdes de la région amygdalienne et plus généralement ceux de l’oropharynx (voile, amygdale, base de langue et paroi postérieure) sont encore majoritairement favorisés par l’intoxication tabagique et/ou alcoolique, notamment en France et dans la région Nord Pas de Calais.

Il faut cependant noter l’augmentation notable du nombre des cancers amygdaliens et de la base de langue survenant en l’absence de toute intoxication. Ces cancers sont liés à la présence d’un type de virus dit oncogène, favorisant l’apparition d’un cancer : les virus de type HPV (Human Papilloma Virus). Ces virus (notamment l’HPV 16) sont détectables dans près de 30% des carcinomes de l’oropharynx en France mais ce taux peut atteindre 60 à 80% aux Etats-Unis et dans les pays d’Europe du Nord.

Si l’augmentation d’incidence de ces cancers dits « HPV induits » se poursuit au même rythme dans les années qui viennent, elle dépassera celle du cancer du col utérin (pour lequel les même types de virus oncogènes sont impliqués).

 

La prise en charge au Centre
 

Le traitement des carcinomes épidermoïdes de la région amygdalienne et plus généralement ceux de l’oropharynx dépend de la localisation précise et de l’extension de la tumeur. Le traitement est donc discuté au cas par cas lors de la réunion de concertation pluridisciplinaire du Centre le mercredi matin puis proposé et expliqué au patient et à ses proches lors de cette même RCP.

Le Centre Oscar Lambret dispose, sur place, de l’ensemble des thérapeutiques qui peuvent être utilisées dans les cancers de l’oropharynx :

  • Les traitements par radiothérapie externe avec modulation d’intensité (IMRT, tomothérapie) sont le plus souvent à privilégier dans ces tumeurs pour augmenter les rayons administrés sur la tumeur et protéger les organes sains (glandes salivaires notamment, pour prévenir la sécheresse buccale après le traitement). Le CyberKnife est une autre technique de modulation d’intensité et s’adresse plutôt à des tumeurs très localisées en récidive. Le traitement par radiothérapie externe est réalisé au Centre en concertation avec les différentes équipes impliquées ou à proximité du domicile du patient si celui-ci est très éloigné et avec les équipes travaillant habituellement avec les équipes du Centre de façon à maintenir une bonne continuité du traitement et du suivi.
     
  • La curiethérapie (sources radioactives insérées dans les tissus au pourtour des zones malades) peut être utilisée pour des petites tumeurs, parfois en complément de la radiothérapie externe. Cette technique, très spécifique, n’est disponible qu’au Centre Oscar Lambret.
     
  • Le traitement chirurgical des tumeurs de l’oropharynx associe d’une part l’exérèse de la lésion, d’autre part l’ablation des ganglions du cou qui drainent le site de la tumeur et enfin, dans le même temps la reconstruction du site d’exérèse si elle est nécessaire.
    • Dans certaines tumeurs très localisées de l’oropharynx il est parfois possible de réaliser l’ablation de la tumeur par chirurgie robotisée en passant par les voies naturelles ce qui allège et raccourcit les suites opératoires.
    • Quand la chirurgie est réalisée par voie externe, elle est associée si nécessaire à un procédé de reconstruction pour préserver l’esthétique et la fonction (déglutition notamment). Ces techniques de reconstruction, de la plus simple à la plus complexe sont adaptées de manière individuelle à chaque patient et au site tumoral.
    • Le traitement chirurgical est, en règle suivi d’une radiothérapie parfois associée à une chimiothérapie en fonction des données retrouvées sur les tissus pathologiques réséqués.
       
  • La chimiothérapie peut être associée au traitement chirurgical ou à la radiothérapie ou utilisée isolément.