Jeudi 16 novembre 2017

Les bénéfices de Bil et Bilette, deux poupées pédagogiques pour nos jeunes patients

Le mercredi 15 novembre, Sylvie Mercier, cadre de l’unité de pédiatrie, et des adolescents et jeunes adultes a reçu un Grand Prix Editorial par le Syndicat de la Presse et de l’Edition des Professions de Santé. En effet, son article « l’annonce en oncologie pédiatrique : un travail en pluridisciplinarité » lui a valu le prix du meilleur article de formation pour les personnels infirmiers et/ou aides-soignantes. A cette occasion, Sylvie Mercier a accepté de revenir avec nous sur le projet expliqué dans son article. 

 

De quelle problématique traite votre article ?

 

Mon article décrit l’importance du temps d’annonce paramédicale dans la prise en charge des jeunes atteints d’un cancer.

L’annonce du cancer est une épreuve très difficile pour les enfants. Pour accompagner l’annonce,  nous proposons dans l’unité de pédiatrie, et des adolescents et jeunes adultes un temps spécifique avec deux poupées pédagogiques : Bil et Bilette. L’intérêt et les bénéfices de ces poupées pédagogiques pour l’enfant malade sont réels.

 

Quels sont les principaux bénéfices que ce projet apporte aux enfants malades ?

 

Les poupées pédagogiques permettent de valider avec l’enfant les informations qu’il a reçues autour de sa maladie : les traitements, la prise en charge, les effets secondaires, la douleur…

Bil et Bilette sont deux poupées ventriloques qui vivent les mêmes épreuves que les enfants : elles ont la même maladie et perdent également leurs cheveux. L’enfant peut facilement s’identifier à Bil et Bilette, ce qui favorise la relation de confiance et les échanges avec l’enfant autour de sa maladie. L’enfant va plus facilement interroger Bil ou Bilette qu’un personnel soignant. Il livre ainsi à travers ses questions les émotions qu’ils rencontrent (stress, peur, angoisse, crainte…) : «  est-ce que tu as mal Bil quand on te fait une piqure ? », « est-ce que tu es triste Bilette de perdre tes cheveux ? », « ça se passe comment, toi, quand tu viens à l’hôpital ? ».

Le rôle de la poupée pédagogique est d’aider l’enfant à comprendre sa maladie, le rassurer notamment en lui rappelant que les effets secondaires sont passagers, répondre à toutes ses interrogations et lui préciser que le personnel soignant va tout faire pour ne pas qu’il ait mal.

La finalité est de lever l’anxiété et mettre l’enfant en confiance pour pouvoir exercer les soins dans de bonnes conditions. Ces poupées pédagogiques sont aujourd’hui plébiscitées par les infirmières qui y trouvent un réel intérêt.

 

Une anecdote avec Bil et Bilette à nous partager ?

 

Je me souviens d’un enfant de deux ans arrivé au Centre avec un réel traumatisme pour les piqures. Il ne savait pas encore bien s’exprimer mais il répétait sans cesse « pas piqure, pas piqure ». Bil lui a permis de lever ce frein. Bil a expliqué à l’enfant que, quand lui on lui faisait des piqures, il ressentait juste un petit picotement mais qu’il n’avait pas vraiment mal. Bil et l’enfant ont pu échanger sur des solutions pour aller contre cette peur. Au final, Bil se faisait piquer au même moment que l’enfant malade, ce qui le rassurait et permettait de pratiquer les soins dans de meilleures conditions.

 


Retour aux articles